Chapitre 2 : Le Prénom

Le jour de mon arrivée, les Malloré se réunirent autour de la table pour réfléchir à la question.

De mon côté, je m’attendais à porter un prénom raffiné, poétique, fin et subtil, à l’image du beau spécimen que j’étais… Sans prétention aucune, la nature m’avait plutôt gâté !

J’avais le poil magnifiquement soyeux, une belle robe tigrée, blanche et rousse. Des yeux bleus en forme de noisette, très joliment dessinés. Ce n’était pas mes seules qualités !

J’avais une démarche naturellement chaloupée : je me déplaçais avec grâce, un brin désinvolte, conscient de l’effet hypnotique que je produisais sur ceux qui avaient la chance de croiser mon chemin. Un tel magnétisme était plutôt rare, chez les individus de mon espèce. Depuis ma naissance, je n’avais remarqué aucun félin plus distingué dans mon entourage !

J’étais jeune, soit, mais j’avais déjà quelques certitudes, et celle-ci en faisait partie : j’avais incontestablement quelque chose de singulier ! Je méritais donc un prénom à la hauteur de mon standing.

Tigrou, par exemple, n’aurait jamais fait l’affaire : beaucoup trop ordinaire ! Et surtout très fade, comme une purée de choux-fleurs. Non, je valais beaucoup mieux que ça !

Heureusement, tout le monde autour de la table semblait de cet avis, à en juger par la façon dont ils se concentraient pour me trouver un prénom original.

De mon côté, je les écoutais, l’air de rien, tout en m’amusant à faire rebondir un bouchon en liège dans tous les angles de la cuisine. Je ne voulais pas les stresser davantage, j’essayais de rester le plus discret possible.

Quand j’entendis la voix d’Annie lancer sa première idée, le bouchon partit d’un coup sec et vint se coincer directement derrière le réfrigérateur !

– Pourquoi pas Ron ? proposa-t-elle innocemment, comme elle connaissait la passion de ses enfants pour la célèbre saga anglaise.

Ca ne va pas, non ? pensai-je en levant subitement le museau. C’est complètement nul, ce prénom !!!

Ronald, c’était le prénom du meilleur copain d’Harry Potter. Vous savez, le petit rouquin un peu balourd, aussi adroit qu’un prêtre normand, avec sa baguette toute cabossée. De mémoire, il avait même de l’acné, dans l’épisode trois…

Je soufflai, excédé, et me rapprochai du meuble en râlant. J’espérais qu’ils passeraient vite à autre chose, et flanquai quelques coups de patte pour tenter de déloger mon jouet.

– Encore faudrait-il qu’il ait des pouvoirs magiques…, répondit Samuel avec une imparable logique.

Si seulement, regrettai-je en moi-même, tandis que je continuai de taper frénétiquement sur le bouchon pour le faire bouger… Ce maudit cylindre ne m’aurait pas résisté très longtemps !

Mais il était toujours bloqué derrière le pied du réfrigérateur. Je m’échinai tant bien que mal à vouloir le ramener vers moi, sans succès. Franck m’observait, perplexe.

Au bout d’un moment, peiné, il se leva pour me prêter main forte. D’un simple crochet de l’index, il décoinça le bouchon et, l’instant d’après, ce dernier atterrit directement entre mes pattes !

Merci, miaulai-je, reconnaissant.

– Apparemment, ce n’est pas le cas, nota-t-il simplement en se redressant, l’air désabusé.

J’y serais arrivé tout seul, précisai-je, un peu vexé par sa remarque.

J’hésitai avant de relancer mon jouet vers l’avant, redoutant un nouvel incident. Finalement, je pris le parti de le laisser de côté, et décidai de lustrer mon poil.

L’assemblée passa rapidement à l’idée suivante :

– Pourquoi pas Carotte ? demanda alors Caroline de sa petite voix aigue.

A nouveau, je levai le museau, stupéfait. Elle voulait probablement faire mouche, la pauvre, avec son idée saugrenue… C’était raté !

Tu n’as rien trouvé de plus ridicule, jeune fille ? demandai-je d’un miaulement incrédule. Un nom de légume ? Tu es sérieuse ?

Elle me regarda, le visage rayonnant de fierté : je la défiai ouvertement en retour.

Alors oui, Caroline était vraiment à croquer, comme on dit, avec ses fossettes aux coins des lèvres et sa frimousse de poupée Corolle… Cependant, à ce moment-là, j’étais convaincu que deux fils s’étaient touchés par mégarde dans son cerveau !

Il était hors de question que je mette une patte dehors avec un prénom pareil ! Je ne me gênai pas pour le lui faire savoir, émettant un feulement de protestation qui fut sans équivoque.  

– T’es complètement folle, ma pauvre ! s’écria Samuel, outré. Tu veux qu’il devienne la risée du quartier ?

Bien dit, l’ami !

J’étais ravi de constater que Samuel était de mon côté.

– Ton idée, c’est carrément de la maltraitance !

Interpelé, je marquai un temps d’arrêt.

Ah bon ? Tant que ça ?

C’est vrai que c’était osé, mais de là à parler de maltraitance… Il n’y allait pas avec le dos de la cuillère !

– Quand la SPA viendra sonner à la porte, tu feras moins la maligne !

– N’importe quoi ! objecta-t-elle. Tu veux pas que ce soit MON prénom qui soit choisi, c’est tout ! T’es jaloux parce que j’ai de meilleures idées que toi !

Il allait rétorquer, quand leur mère s’interposa :

– Ma chérie…, opposa Annie pour tenter de calmer les deux mulets qui s’affrontaient, je ne crois pas que ce soit cela le problème… Ce que ton frère essaye de te dire, très  maladroitement, d’ailleurs, fit-elle en adressant à son fils un regard réprobateur, c’est que ce n’est peut-être pas le prénom le plus judicieux pour un adorable chaton comme lui !

Je hochai la tête, l’air entendu, et me fis la remarque que cette femme avait, indubitablement, un goût certain. Caroline eut beau taper du pied, sa proposition fut déboutée. Je pensais l’avoir échappé belle… J’allais vite déchanter.

Le ton montait : chaque enfant voulait être mon maître officiel, et leurs idées ne faisaient jamais l’unanimité. La discussion s’envenimait, les esprits s’échauffaient quand, brusquement, Franck se leva et tapa des deux mains sur la table.

D’un geste éloquent, il coupa court aux effusions de voix et un étrange silence s’abattit alors dans la pièce.

Je dressai le museau, oreilles aux aguets :

-Tout d’abord, fit-il d’une voix grave, ce chat est à tout le monde, et chacun d’entre nous devra s’en occuper.

Le ton qu’il employa n’admettait aucune objection. 

– Donc, poursuivit-il, inutile de lui attribuer un maître : nous serons tous responsables de lui !

Parfait.

Cet homme comprenait combien j’aimais ma liberté, et je l’en félicitai intérieurement. J’étais convaincu que nous allions bien nous attendre, lui et moi.

– Et puis, pour le prénom, enchaîna-t-il, on ne va pas s’enquiquiner… Un chat c’est quoi ? Deux oreilles, des moustaches et une queue ! On va l’appeler Moustache et puis c’est tout !

Quoiiiiiiiiii ????

Je manquai de m’étrangler et, sous l’effet du choc, mes poils se hérissèrent tout à coup : c’était une véritable douche froide !

Il y eut quelques instants de silence, pendant lesquels mon regard alternait nerveusement de l’un à l’autre : quelqu’un allait forcément s’opposer, il ne pouvait en être autrement !

J’étais incrédule. Pas un n’émettait d’objection !

Excédé, j’eus l’idée de pousser un feulement rageur, pour les faire réagir. Ce qui sortit de ma gorge ressembla à tout sauf à ça… On aurait dit un grincement strident, comme l’aurait fait d’un tiroir métallique grippé par la rouille.

– C’était quoi, ce bruit bizarre ? demanda Caroline, les sourcils froncés. 

J’avais à peine deux mois : ma voix n’avait pas encore mué. Je me sentis soudain profondément ridicule.

Annie, elle, n’avait même pas entendu. Songeuse, je la voyais balader sa main en l’air comme si elle était ailleurs :

– Moustache… Moustache…, répétait-elle à voix basse.

Elle essayait d’apprécier la musicalité du prénom – tout à fait inexistante, selon moi.

– Hum… Oui ! C’est plutôt joli ! déclara-t-elle soudain en souriant.

Pardon ?

Et pourquoi pas oreille ou poil, tant qu’à y être ?

Les enfants, les suppliai-je d’un regard implorant, s’il vous plaît, dites quelque chose !

– Ok, entendis-je, éberlué, Caroline concéder de mauvaise grâce, va pour Moustache !

Comment ça, va pour Moustache ? Mais non ! Va pas pour Moustache du tout !

Mon regard se tourna vers Samuel.

Je t’en prie, mon grand, sois raisonnable…

A présent, il était mon dernier espoir.

Quand je le vis hocher la tête en signe d’approbation, je sus que ma vie entière venait de basculer…

– De toute façon, jugea-t-il bon de préciser, ce n’est pas le plus important.

Je reçus l’argument comme un ultime coup de poignard.

Ben voyons ! Pas le plus important, mon prénom ? Très bien !

A partir d’aujourd’hui, je t’appellerai Narine. Et toi, Caroline, Auriculaire ! Voilà ! Qu’est-ce que vous en dites ? 

Annie émit un soupir de soulagement :

– Parfait ! Maintenant que le dossier est clos, les enfants, dit-elle, vous pouvez retourner jouer dans vos chambres. On vous appellera pour dîner d’ici un quart d’heure…

Avant d’ajouter :

– Et n’oubliez pas de vous laver les mains avant de redescendre !

Mais ils s’étaient déjà engouffrés dans les escaliers en courant.

J’étais tombé dans une famille de dingues ! Quelle humiliation… Mon prénom avait été choisi par hasard. Son importance, balayée d’un revers de main.

Je me mis à réfléchir à toute vitesse, galvanisé par une colère nouvelle qui me tordait douloureusement les nerfs. J’eus soudain de grands projets en tête : j’allais déclencher une révolution, mener mes confrères au soulèvement général ! Demain, nous serions tous en ordre de bataille, prêts à nous battre pour réclamer plus de considération pour notre espèce, et le respect qui lui était dû !

En un mot, je fulminais. Mais personne ne semblait plus se préoccuper de moi.

Annie s’affairait dans la cuisine, pendant que Franck cherchait les couverts pour dresser la table. J’entendais la vaisselle s’entrechoquer dans les placards, la porte du réfrigérateur s’ouvrir et se fermer, l’eau vive couler dans l’évier. On aurait dit qu’ils m’avaient tous oublié… En signe d’indignation, je leur tournai le dos.

Au bout d’un moment, Annie s’approcha de moi : elle tenait quelque chose dans sa main :

-Tiens, mon joli cœur, voilà pour toi…

Je restai sur mes gardes, méfiant. Pensait-elle vraiment pourvoir se faire pardonner aussi facilement ?

Non, Madame ! Quelques mots doux n’y suffiront pas ! Feulai-je en tournant le museau vers elle, l’œil mauvais. Il faudra du temps avant que ma blessure ne cicatrise, beaucoup de temps…

Intérieurement, je doutais même qu’elle y parvienne un jour !

Soudain, je sentis un fumet subtil me chatouiller les narines : une alléchante pâtée arrivait droit dans ma gamelle !

Tandis que je me frottais les babines, l’idée que, tout compte fait, le prénom Moustache n’était pas si mal me traversa l’esprit. L’instant d’après, je rendais les armes : la révolution attendrait !

Et puis, si ça leur fait plaisir, concédai-je avec la magnanimité du gourmand, au moment même où j’engloutissais ma première bouchée avec des ronronnements de satisfaction nourris. 

Excellent choix, Annie ! la félicitai-je en tournant rapidement les yeux vers elle. Fondant, savoureux à souhait… Et ce parfum, quelle merveille !

Je vis qu’elle me souriait en retour.

Finalement, ils avaient peut-être du cœur, dans cette famille, me dis-je en reportant à nouveau mon attention vers la pâtée.

En tous cas, ce délicieux émincé de saumon méritait que je creuse quelque peu la question.

2 réflexions sur « Chapitre 2 : Le Prénom »

Laisser un commentaire